À VOTRE SERVICE DEPUIS 1989

Qu’est-ce que l’ostéopathie?

Ostéopathie
Le corps est doté de la capacité de se guérir par lui-même. Lorsque nous nous coupons, la plaie finit par ne plus saigner, le processus de cicatrisation débute et éventuellement, la cicatrice n’est plus visible. Lorsqu’un os se casse, il guérit et devient aussi fort qu’il était auparavant, avec un bon alignement et une immobilisation appropriée. Lorsqu’une bactérie ou un virus nous envahit, notre système immunitaire est mis en action et le détruit. Le même processus s’applique aux autres fonctions du corps, qu’elles soient neuromusculaire, musculo-squelettique, viscérale, neurologique, endocrinienne, etc.

L’ostéopathie est basée sur le principe que le corps a la capacité de se guérir. Toutefois, le corps a besoin d’aide externe afin d’enlever des ‘lésions ostéopathiques’, de la même façon qu’un os cassé a besoin d’être aligné et immobilisé pendant la période de guérison, ou qu’une infection active nécessite une dose d’antibiotiques.

Le fonctionnement idéal des cellules de notre corps requiert une nutrition appropriée et l’élimination des déchets produits par ces dernières. Ceci est accompli principalement par les artères (nutrition) et les veines (élimination des déchets, tel le dioxyde de carbone). En plus de la circulation sanguine, nous avons aussi une ‘circulation’ du liquide lymphatique (immunité), des influx nerveux du cerveau et de la moelle épinière aux extrémités et vice versa. Spécifiquement à l’ostéopathie, nous avons la fluctuation du liquide céphalorachidien (LCR).

En ostéopathie, nous visons un flux optimal de tous ces systèmes. Ceci est réalisé en éliminant les régions de résistance au mouvement. Si une épaule est limitée dans son mouvement, le rachis (colonne vertébrale) va compenser afin de maximiser la fonction et ainsi, peut-être créer des ‘plis’ dans la circulation. Lorsqu’une amplitude est complète, la circulation se rétablit et un meilleur état de santé en résulte. En ostéopathie, nous visons l’alignement, la position et la mobilité propres à chaque structure, qu’elle soit viscérale, musculosquelettique, vasculaire ou neurologique.

L’ostéopathie vise à assurer les amplitudes complètes dans les directions qui leur sont propres, à chaque structure et à chaque système. Si la structure de notre corps n’est pas idéale, nous ne pouvons pas bien fonctionner. Par exemple, si mon coude ne peut se plier complètement, je ne pourrai pas me laver le visage ; s’il ne peut s’allonger, je ne pourrai pas saisir des objets situés plus loin. La même logique s’applique à toute autre structure de notre corps. Par exemple, suite à une appendicectomie, s’il y a présence d’adhérences, suffisamment sévères dans la paroi abdominale, qui tirent sur le colon, il pourrait y avoir irritation de ce même colon résultant à un problème d’élimination.
Le corps se compose de plusieurs systèmes :
musculo-squelettique (os et muscles), cardiovasculaire (coeur, artères et veines), neurologique (cerveau, moelle épinière et nerfs), respiratoire (poumons), digestif (estomac, foie, intestins), endocrinien (pancréas, thyroïde), etc. Une bonne santé requiert que chaque système fonctionne, individuellement et avec ses partenaires, de façon optimale. Chaque unité est membre d’une équipe interdépendante (le cerveau ne fonctionnera pas sans nutriments ; la digestion sera inutile si le foie ne transforme pas ce qu’on mange en glycogène à être utilisé par le cerveau).

Dans une même séance ostéopathique, nous ‘intégrons’ la structure que nous avons corrigée avec ses voisins de façon locale (épaule avec omoplate), régionale (épaule avec cage thoracique), et globale (l’épaule dans son rôle dans la marche). Ceci est applicable à tous les niveaux, que ce soit musculo-squelettique, neurologique ou viscéral.

Télécharger le document complet